L’exposition Gloria Victis – L’Île-de-France assiégée s’inscrit dans le cadre des événements commémoratifs de « l’année terrible » traversée par l’Île-de-France entre l’été 1870 et l’été 1871.
Commissaire scientifique de cette exposition, Jean-François Decraene historien privilégiant l’histoire sociale, est membre fondateur de l’association histoirepopulaire.com dont la devise est : « Ce ne sont pas les grands hommes qui font l’histoire, c’est le peuple avec son sang et ses larmes ».
Arguant qu’une civilisation qui oublie ses morts est une civilisation qui va disparaître, il s’intéresse depuis plus d’un demi-siècle, aux rites funéraires, aux sépultures et aux lieux de mémoire.
Il est l’auteur de plusieurs ouvrages historiques assurant la veille mémorielle, notamment le Dictionnaire des gloires du Panthéon (Éditions du Patrimoine, 2015) et La colonne de Juillet et la place de la Bastille (Éditions du Patrimoine, 2019).
Auteur et conférencier, Jean-François Decraene a répertorié les tombes et les monuments érigés en l’honneur des dizaines de milliers de victimes françaises et coalisées des deux sièges de Paris de 1870+1871, ainsi que les vestiges de tous les bâtiments et ouvrages défensifs, dans Paris et dans chacun des sept départements de l’Île-de-France.
La collection GLORIA VICTIS  voit le jour avec la parution du premier volume, consacré au département des Hauts-de-Seine. Il sera suivi des ouvrages portant sur la Seine-Saint-Denis, la Ville de Paris, le Val-de-Marne, le Val-d’Oise, les Yvelines, l’Essonne, et la Seine-et-Marne.

92-couv-complete

 

 

Lieux de mémoire du siège de Paris
Guide de la Seine-Saint-Denis

 

Le département de Seine-Saint-Denis est constitué en 1964 de 40 communes dont 24 proviennent de l’ancien département de la Seine et 16 de l’ancien département de la Seine & Oise. Situé sur le flanc nord-est de la capitale fortifiée par Adolphe Thiers depuis 1844, toutes ses municipalités sont touchées par les combats du siège prussien et par les séquelles de l’insurrection parisienne de La Commune.
La première bataille du 28 au 30 octobre et la deuxième le 21 décembre 1870 au Bourget, restent parmi les combats les plus meurtriers pour tenter vainement de rompre l’encerclement hermétique du siège prussien établit depuis le 19 septembre. Le 25 novembre, 10 000 soldats français s’élancent vers le plateau d’Avron, prélude à la nouvelle sortie infructueuse de Champigny. L’armistice de janvier 1871 laisse le département exsangue, ruiné, occupé jusqu’au 10 octobre 1871.
Le 11 novembre 1920, l’entrée du cœur de Léon Gambetta au Panthéon marque symboliquement la fin mémorielle de la guerre franco-allemande de 1870-1871.
Alors que pendant plus de 45 années, la République a entouré de ferveur les
combattants morts pour la patrie lors d’une défaite « victorieuse », la victoire de la Grande Guerre clôt le temps de la mémoire devenue sélective.
La commémoration du 150 e anniversaire de ce conflit à l’origine de 75 années rythmées par 3 guerres franco-allemandes suivies de 75 années de réconciliation et de reconnaissance mutuelles dans une paix européenne à consolider est l’occasion de la publication de la série « Gloria victis ».
Les 8 ouvrages constituant la collection recensent les lieux de mémoires de toutes les communes de chaque département de l’Île-de-France qui ont eu à souffrir des 2 sièges de Paris en 1870-1871 aujourd’hui oubliés. Ces guides répondent à la devise du Souvenir Français et à l’esprit de son fondateur François-Xavier Niessen (°1846-†1919)

A nous le souvenir
A eux l’immortalité

 

Jean-François Decraene est historien, auteur de différentes publications portant sur les lieux de mémoire notamment le Dictionnaire des gloires du Panthéon (Éditions du Patrimoine, 2015) et La colonne de Juillet et la place de la Bastille (Éditions du Patrimoine, 2019)

4e de couverture

Le département de Paris est constitué en 1964 des vingt arrondissements du seul territoire de la capitale extrait de l’ancien département de la Seine.

Après la défaite de Sedan, à l’approche de trois armées allemandes, les arrondissements de l’ouest et du centre se vident de plus de 200 000 habitants qui trouvent refuge en province. Enfermée par le cercle du siège prussien le 17 septembre 1870, la capitale se transforme en une gigantesque caserne de 800 000 hommes, de toutes les armes et de tous les services. Paris est aussi un monumental hôpital fort de 245 ambulances publiques et privées, hôpitaux militaires et civils mettant à la disposition des blessés plus de 7 000 lits. Du 5 au 20 janvier 1871, la rive gauche subit un déluge de fer et de feu. Le 28, sous la pression du froid polaire et de la faim, l’armistice est signé.

Après un siège de 65 jours, les troupes gouvernementales transforment la capitale en un immense abattoir pendant la Semaine sanglante, en écrasant l’insurrection parisienne de La Commune de Paris.

Le 11 novembre 1920, l’entrée du cœur de Léon Gambetta au Panthéon marque symboliquement la fin mémorielle de la guerre franco-allemande de 1870-1871.

Alors que pendant plus de 45 années, la République a entouré de ferveur les combattants morts pour la patrie lors d’une défaite « victorieuse », la victoire de la Grande Guerre clôt le temps de la mémoire devenue sélective.

La commémoration du 150e anniversaire de ce conflit à l’origine de 75 années rythmées par trois guerres franco-allemandes suivies de 75 années de réconciliation et de reconnaissance mutuelles dans une paix européenne à consolider est l’occasion de la publication de la série « Gloria victis ».

Les huit ouvrages constituant la collection recensent les lieux de mémoires de toutes les communes de chaque département de l’Île-de-France qui ont eu à souffrir des 2 sièges de Paris en 1870-1871 aujourd’hui oubliés. Ces guides répondent à la devise du Souvenir Français et à l’esprit de son fondateur François-Xavier Niessen (°1846-†1919).

A nous le souvenir ! A eux l’immortalité ¡

Jean-François Decraene est historien, auteur de différentes publications portant sur les lieux de mémoire notamment le Dictionnaire des gloires du Panthéon (Éditions du Patrimoine, 2015) et La colonne de Juillet et la place de la Bastille (Éditions du Patrimoine, 2019).